Université de technologie de Troyes

Contenu

L’UTT à la pointe de la recherche sur l’énergie du futur

L’établissement troyen participe à un institut d’excellence retenu dans le cadre des Investissements d’avenir

Le 28 juin 2011

L’UTT a été reconnue comme acteur de recherche majeur en matière d’énergie du futur, dans le cadre des Investissements d’Avenir. L’établissement troyen est un des trois partenaires académiques actionnaires du projet PIVERT (Picardie Innovations Végétales, Enseignements et Recherches Technologiques) qui a été retenu par le gouvernement dans le cadre de l’appel à projet « Instituts d’excellence en énergies décarbonées ». Les deux premiers IEED ont été annoncés début juin par les ministres Valérie Pécresse (Enseignement supérieur et recherche), Nathalie Kosciusko-Morizet (Ecologie, Développement Durable, Transport et Logement), Eric Besson (Industrie, Energie et Economie numérique), et René Ricol, Commissaire général à l'Investissement.

Les Instituts d’excellence en énergies décarbonées sont une des briques du programme des Investissements d’Avenir que le gouvernement a mis en place pour amplifier les capacités d’innovation de la France et promouvoir la recherche française. Sur les 35 Md€ qui seront mobilisés au titre du grand emprunt national, 21,9 Md€ seront dédiés à l’enseignement supérieur et à la recherche.

L’institut d’excellence PIVERT est spécialisé dans la chimie du végétal, dans les technologies et l’économie des bioraffineries de troisième génération (valorisation du végétal dans son intégralité) et dans le domaine de la biomasse oléagineuse et forestière, selon une logique d'écologie industrielle. D’ici à 2020, ce secteur représentera 62 000 emplois créés et 85 milliards d’euros cumulés. L'IEED PIVERT, porté par un consortium d'une trentaine de
partenaires publics et privés pour un budget complet d’environ 219 M€, répond à une logique territoriale avec un site principal basé à Compiègne et un site secondaire envisagé en Champagne-Ardenne, dans le département de l’Aube.
L’UTT y participe aux côtés de l’Université de technologie de Compiègne (UTC, un des fondateurs du projet), ainsi que du Pôle de compétitivité IAR et de la société Sofiprotéol, les deux autres fondateurs du projet.

L’UTT est impliquée dans le consortium, avec deux équipes de son institut de recherche (ICD) :
- le CREIDD (Centre de Recherches et d'Etudes Interdisciplinaires sur le Développement Durable), en charge de la direction de l’un des 7 sous-programmes de recherche portant sur la bioraffinerie du futur dans une logique d'écologie industrielle ;
- le LOSI (Laboratoire d'Optimisation des Systèmes Industriels) ,qui étudie la modélisation et l'optimisation de la logistique d'approvisionnement en biomasse pour la bioraffinerie.

La création d'un laboratoire commun, à Troyes, avec le CEMAGREF* et l'UTC, autour de l'équipe CREIDD de l'UTT, est envisagée. Les travaux de recherche porteraient sur l’exploration de modèles d’organisation territoriale et de développement pertinents pour la formation et la reproductibilité systématiques des bioraffineries du futur dans des systèmes industriels hétérogènes. Au-delà de l'excellence scientifique développée à Troyes par l'UTT et des emplois de chercheurs créés, l’installation d’une déclinaison industrielle du concept de bioraffinerie des oléagineux à Nogent-sur-Seine (Aube) est en perspective, permettant ainsi d’intégrer différentes briques technologiques décarbonées, dans le but de créer de véritables écosystèmes industriels à très haute valeur ajoutée et très faible impact.

> Pour en savoir plus : communiqué de presse

Retour à "toute l'actualité"