1. Accueil
  2. L'UTT
  3. Actualités

Implantation expérimentale d'une tour Warka Water dans le parc de l'UTT pour étude par l'équipe de chercheurs en innovation frugale

Publié le 27 août 2018 Mis à jour le 19 septembre 2018
Date(s)

le 27 août 2018

Accéder à l'eau potable : un défi permanent pour les populations des pays en tension hydrique est un défi vital. Selon les Nations Unies, 663 millions de personnes dans le monde n'ont pas accès à des sources améliorées d'eau potables, et chaque jour, 1 000 enfants meurent de maladies faciles à prévenir en améliorant les conditions d'assainissement et d'hygiène. Les solutions industrielles pour le traitement des eaux polluées restent coûteuses et ne permettent pas à un grand nombre de populations de pays en voie de développement d'accéder à l'eau salubre.

Une tour expérimentale pour accéder à moindre coût à de l'eau salubre

Dans le cadre du projet de recherche Solar Tears (http://solartears.utt.fr) la tour Warka Water, créée par l'architecte italien Arturo Vittori a été identifiée comme étant un système répondant aux exigences d'une approche frugale pour accéder à l'eau. La tour Warka, tour d'une dizaine de mètres de haut, doit permettre de récolter l'eau disponible dans l'humidité de l'air, la pluie et la rosée dans des territoires n'ayant pas accès à un réseau d'eau structuré. La tour collecte l'eau mais n'en assure pas le traitement (des solutions complémentaires permettent ensuite de rendre l'eau potable).


Un projet de recherche expérimentale en ingénierie frugale

Pour en comprendre le fonctionnement, des membres de l'équipe de recherche CREIDD de l'UTT a assemblé une tour Warka Water à l'échelle 2/3 sur le campus de l'Université de Technologie de Troyes. Les difficultés potentielles dans son cycle de vie (choix des composants, montage, usage, maintenance, recyclage) et la fiabilité architecturale de la tour seront également étudiées pour optimiser la récolte d'eau de 100L/jour à 200L/jour.

La tour est une structure en bambou (matériau végétal disponible à très faible coût, souple et résistant) avec un dispositif intérieur de captation d'eau sous forme de filet " raschel " (filet tricoté en PEHD traité anti UV transparent, 38 gr/m2). La tour est tenue par des drisses en polypropylène reliées à des piquets hélices.

L'étude technique n'est que la première partie du projet de recherche. Une seconde étape concernera l'étude des impacts socio-économiques et environnementaux de l'implantation de la tour au Togo en fin d'année, avec l'association française FELICITE, en partenariat avec le Designer Italien Arturo Vittori.


Un objet pédagogique mutualisé avec les établissements troyens

L'implantation de la tour dans le parc de l'UTT est l'occasion de mutualiser un matériel atypique avec les établissements troyens (EPF, SCBS, ESAA, ESTP…). Chaque établissement pourra ainsi étudier pédagogiquement les différentes facettes de la tour (design, architecture, impact social…).

Des visites guidées, gratuites, sont organisées chaque lundi à 18h00 et 18h30, sur inscription à l'adresse : solartears@utt.fr (20 personnes maxi par groupe).

Cette mission s'intègre au projet de recherche Solar Tears qui vise à améliorer l'accès à l'eau potable pour les populations des pays en développement via "l'innovation frugale".

Une équipe de recherche et d'enseignement de l'UTT, pilotée par Serge ROHMER (enseignant-chercheur au CREIDD -Recherche interdisciplinaire sur la transition vers la soutenabilité des systèmes sociotechniques - à l'UTT) développe de nouvelles réponses technologiques en tenant compte des spécificités socio-économiques et culturelles des populations dans le besoin, pour apporter une réponse adaptée à ce défi millénaire.

La mission de Solar Tears est de générer de la connaissance sur l'innovation frugale et la rendre disponible en open source, tout en co-développant des solutions frugales pour et avec les populations de pays en voie de développement (Inde, Afrique).

Cette mission a été rendue possible par Frédéric Puzin, grand mécène de la Fondation UTT. La tour Warka est cofinancée par Solar Tears et l'Expériençothèque.